Livre culte, livre maudit: l’histoire du Devoir de violence de Yambo Ouologuem

About This Project

Photo © Getty

rencontre 29/5/2018 à la Maison de la Poésie, Paris

Le Monde des Livres, 22/06/2018

Au terme de plus de dix ans de recherche passionnée sur l’oeuvre et la vie de Yambo Ouologuem, trois ans après la publication des Mille et une bibles du sexe chez Vents d’ailleurs et au moment où Le Devoir de violence est réédité au Seuil dans sa collection d’origine, voici l’histoire de ce roman étonnant, controversé, Prix Renaudot 1968. Une histoire établie sur la base des documents enfin rendus publics avec l’autorisation obtenue de la part des Editions du Seuil et des ayants droits de Yambo Ouologuem. Une histoire aussi complexe que captivante!

Résumé:

En septembre 1968, paraît aux Éditions du Seuil le roman d’un jeune Malien inconnu de vingt-huit ans : Yambo Ouologuem. Le 18 novembre suivant, Le Devoir de violenceobtient le premier prix Renaudot attribué à un écrivain africain. Son succès est rapide et, traduit dans dix langues, l’ouvrage dépasse les frontières, des États-Unis au Japon. Mais le 5 mai 1972, le Times Literary Supplement (TLS) londonien accuse l’auteur de plagiat à l’encontre de l’écrivain britannique Graham Greene. Un scandale éclate. Il poursuivra Yambo Ouologuem jusqu’à sa mort en 2017. Cinquante ans après la première édition du Devoir de violence et alors que le roman reparaît au Seuil dans la collection « Cadre Rouge » qui l’avait accueilli à l’origine, quarante-six ans, mois pour mois, après le début de l’« Affaire Ouologuem » dans le TLS, qu’en est-il du bien ou mal-fondé des rumeurs qui ont surgi, en sens divers, sur la genèse et le traitement éditorial de ce livre culte devenu livre maudit ? S’appuyant sur le seul dossier solide à ce jour, celui des archives du Seuil déposées à l’IMEC (Institut Mémoires de l’Édition contemporaine) et rendues publiques pour la première fois, cette étude vise à relater, sur la seule base des documents disponibles, en réduisant au minimum les extrapolations risquées et les interprétations hâtives, l’histoire du Devoir de violence et, à travers elle, de son auteur, depuis ses premières approches des Éditions du Seuil en 1963 jusqu’à sa retraite définitive au Mali vers 1976. Et son enfermement dans le silence public.

POUR LIRE CETTE HISTOIRE, DOCUMENTS A L’APPUI, cliquez ici.

Publié le

Yambo Ouologuem, le « devoir de transparence »

ENTRETIEN EXCLUSIF. L’écrivain et chercheur Jean-Pierre Orban dévoile en avant-première les fruits de son enquête sur les archives de l’auteur malien du « Devoir de violence ».
PROPOS RECUEILLIS PAR VALÉRIE MARIN LA MESLÉE
Pour lire l’article, cliquez ici.

« Retour sur l’affaire Ouologuem », par Gladys Marivat, Le Monde des livres, 22/6/2018

https://abonnes.lemonde.fr/livres/article/2018/06/23/histoire-d-un-livre-retour-sur-l-affaire-ouologuem_5320045_3260.html

« Lire ou relire les classiques africains », Frédérique Briard,

Marianne, 18 juillet 2018: https://www.marianne.net/culture/lire-ou-relire-les-classiques-africains

 

« Les coulisses d’un grand livre », par Claire Ducournau:

https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/07/17/coulisses-grand-livre-ouologuem/

Catégorie
ECRITURES, essai