VERA

About This Project

vera2

PrixduLivreEuropéen2015.Remise

Parlement européen, 8 déc. 2015, remise du Prix du livre européen en présence de Martin Schultz, Pascal Lamy et Giusi Nicolini (maire de Lampedusa)

PrixduPremierroman

Prix du Premier roman français 2014

20151015_134945

Meilleur Premier roman belge 2015

Vera-PrixSanderPierron

Académie de langue et de littérature françaises de Belgique, Prix Sander Pierron 2015, avec Giuseppe Santoliquido (Prix F. De Wever), Daniel Schiffer (Prix Quinot-Cambron) et Lorenzo Ponzo (Radio Hitalia).

Vera, Edition vietnamienne

Vera, traduction vietnamienne.

Editeur : Mercure de France

 

Vera en italien

Vera, traduction vietnamienne (voir photo ci-contre) :

http://www.sachkhaitam.com/sach-khai-tam-tuyen-chon/vera

 

Vera, résumé
Londres, 1930 : Vera vit à Little Italy avec ses parents, Ada et Augusto, immigrés italiens. Rapidement la jeune fille se laisse enrôler dans une organisation à la gloire de Mussolini. Elle croit naïvement que l’idéologie fasciste lui forgera une identité. Mais l’arrivée de la guerre chamboule ses espérances. Écartelée entre sa langue maternelle et celle du pays d’adoption, Vera se laissera emporter par d’autres dérives. Puis elle croira enfin venu le temps de construire le récit de sa vie et de l’Histoire. De trouver sa vérité, elle dont le prénom signifie «vraie», et de la transmettre…
Peuplé de personnages décrits à l’encre noire, ce roman bouleversant nous parle d’identité et de racines. Et de l’espoir, parfois déçu, de les dépasser.

 

Premières lignes

 

Acciuffateli tutti.

 

Est-ce que Churchill parlait italien? Connaissait-il un seul mot de cette langue? Et aurait-il lancé son ordre s’il l’avait fait dans la langue d’Augusto? Ose-t-on, quand on a fait l’effort de traduire sa pensée dans les mots de l’autre, le condamner à l’exil? Et l’envoyer à la mort. Par le fond, comme l’empereur-clown Augusto.

 

Extrait

Au retour de Rome, quand j’ai aperçu la silhouette d’Augusto dans l’immense hall de la gare Victoria où il était venu m’accueillir, j’ai eu honte. Le train nous avait ramenés. Je ne peux le dire qu’ainsi. Au sens propre. Ce n’était plus nous qui nous emportions. Qui nous lancions vers l’avant comme à l’aller, les cheveux au vent, penchés par la fenêtre, la poussière me battant le visage, venue, on aurait dit, du sol de l’Éden. Le train nous ramenait. Tels des corps que l’on détachait de la terre offerte. On nous reconduisait dans le pays où nous vivions. Mais c’était quoi la vie ? Et c’était où ?

 

Prix

Prix du premier roman 2014

Prix du livre européen 2015

Prix Sander Pierron 2015 (Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique)

Prix Saga 2015 du Premier roman francophone belge

 

Vidéos

 

jpmercure

vidéo Mercure de France

 

jpmollat

Vidéo Librairie Mollat

 

jpunlivreunjour

Vidéo Un jour un livre,
FR3, 3 septembre 2014

Audios

https://www.rtbf.be/auvio/detail_jean-pierre-orban-a-propos-de-vera?id=2066223

https://www.rtbf.be/auvio/detail_jean-pierre-orban-auteur-de-vera-n-debarre?id=2066225

http://www.rtbf.be/info/medias/detail_le-belge-jean-pierre-orban-laureat-du-prix-du-livre-europeen?id=9159070

http://www.rfi.fr/emission/20160215-turquie-droit-travail-refugies-syriens

https://rcf.fr/culture/les-ombres-du-passe

 

Ce qu’en dit la presse

France 3
http://pluzz.francetv.fr/videos/un_livre_un_jour.html

 

« Un roman sur l’identité, une fresque passionnante »
France Inter, radio, La Librairie francophone, « Les livres dont on a parlé en 2014 »

« Les immigrés italiens dans les quartiers populaires de Londres entre les deux guerres et à travers eux, l’affrontement entre Churchill et Mussolini et entre les langues des deux pays. »
France 3 TV

 

« Jean-Pierre Orban et son Italienne Vera de Londres : un projet littéraire de grande ampleur »
Le Soir, quotidien, Bruxelles

« Le français, l’italien et l’anglais deviennent les langues de Vera et rythment, en se mêlant les unes aux autres, la narration du texte de Jean-Pierre Orban, qui vient de recevoir le prix du Premier Roman »
Le Monde, Paris

 

« Ce premier roman (…) est une réussite qui nous happe des les premières pages. (…) Roman de l’enracinement. (…) La problématique est toujours actuelle, on le voit en Europe, à travers les quelques jeunes fanatisés dans un idiome qu’ils n’écrivent pas, comprennent à peu près, mais qui résonne d’un passé glorieux et d’une avenir conquérant. (…) L’écriture de Jean-Pierre Orban est belle, sonore, polyphonique, foisonnante (…). Beckett, mais aussi le réalisme de Rossellini, les grandes ombres d’Orson Welles et surtout la frénésie, le swing de la vie, planent sur ce roman »
Sophie Creuz, L’Écho, quotidien, Bruxelles

 

« Eblouissant roman ! »
Valérie Trierweiler (Paris-Match, Paris), twitter 

 

« Qui vivra VERA » « Le premier roman de Jean-Pierre Orban nous présente une héroïne vibrante, Vera, qui se bat pour exister et trouver son identité. (…) Le livre porte le prénom de sa magnifique héroïne, issue de l’immigration italienne. (…) Envers et conter tout, elle tient debout ! »
Kerenn Elkaïm, Le Vif-L’Express, France-Belgique

 

« Jean-Pierre Orban (…) aborde la montée du fascisme et de la seconde Guerre mondiale sous le prisme des espoirs de sa jeune héroïne, Vera, en quête d’identité et de vérité »
La Libre Belgique, quotidien

 

« Finaliste du prix Rossel, Vera a remporté en France le prix du Premier roman. Une récompense amplement méritée, tant sa beauté est criante »
Vers L’Avenir

 

« Jean-Pierre Orban et sa Vera, premier roman ample et vertigineux sur les traces d’une jeune Italienne dans l’Angleterre des années trente. »
Préférence littéraire de l’année 2014, David Courier, TéléBruxelles (télévision)

 

Le Soir, prix du livre européen http://www.rtbf.be/info/medias/detail_le-belge-jean-pierre-orban-laureat-du-prix-du-livre-europeen?id=9159070

 

Nouvel Observateur, prix du livre européen http://bibliobs.nouvelobs.com/sur-le-sentier-des-prix/20151209.OBS1088/jean-pierre-orban-et-robert-menasse-laureats-du-prix-du-livre-europeen.html

Catégorie
ECRITURES, roman